Mode apparence_coutu  

Tendances mode printemps-été 2022 : le CottageCore

En septembre dernier, lors de la semaine de la mode de Milan, la maison MSGM a présenté Hypersummer : c’est ainsi qu’on l’appelait, la collection de mode printemps-été 2022 qui annonçait à sa manière – et sans même le dire explicitement – la tendance cottagecore. Il ne s’agit peut-être que d’une réinterprétation indépendante, mais le désir de (re)créer dans la « Bibliothèque des arbres » de Milan un authentique déjeuner sur l’herbe avait implicitement impliqué un désir latent d’évasion et de fuite dans la nature. Ce n’était qu’une nouvelle manifestation de la tendance cottagecore qui prenait forme sous nos yeux, prête à devenir la pièce d’une mosaïque encore plus grande et plus métaphorique. Mais qu’est-ce que le cottagecore ? Dans quelles collections de mode printemps-été 2022 a-t-il été repéré ? Et surtout : pourquoi revient-il dans nos vies ?

Que porterons-nous cet hiver ?

Le temps des souvenirs : c’est en janvier 2020 que le mannequin grande taille Tess Holliday a porté une robe aux fraises qui est rapidement devenue virale sur les médias sociaux. Viral au point que la créatrice de la robe, Lirika Matoshi, a déclaré à Madame Le Figaro qu’en juillet de cette année-là, elle avait enregistré une augmentation des ventes de 1073%. Puis ce fut le tour du mannequin Shaanti Chaitram, qui a posté une photo d’elle portant la même robe sur son profil Instagram et a déclaré à la source : « Il y a tellement de folie dans le monde. C’est agréable de prétendre que vous êtes toujours en train de faire un pique-nique au milieu d’une prairie au lieu de rester à la maison à cause d’une pandémie. »

Voilà, il est lâché : pandémie. Un mot que nous voulons souligner car il est bon de toujours se rappeler que chaque tendance de la mode est inévitablement un enfant de son temps. Le résultat d’une phase temporelle, le fruit d’une période historique précise. Et comme Lirika Matoshi a été le précurseur de la tendance cottagecore il y a presque deux ans, les collections de mode du printemps-été 2022 ont été inspirées par l’agréable sensation de s’échapper en plein air : un hymne à la vie, à la renaissance, à la liberté retrouvée. Que nous avons respiré à pleins poumons lors du dernier NYFW, lorsque Michael Kors a fait défiler des robes à carreaux (en tissu de nappe) et des sacs seaux (remplis de fleurs comme s’il s’agissait de vases).

Du Michael Kors pour l’été 2022

Mais Michael Kors et MSGM ne sont pas des cas isolés. Le retour aux origines et au concept de bonheur (fait de choses simples) semble avoir été dominant dans de nombreuses collections de mode du printemps-été 2022 présentées lors de la semaine de la mode qui vient de s’achever. De New York à Paris, en passant par Londres et Milan, les semaines de la mode ont vu à plusieurs reprises l’exploration de la tendance cottagecore sous forme de vêtements, de décors, de looks beauté et de tendances capillaires. C’est également le cas de Marine Serre, qui a réalisé les photographies dans un chalet (en fait) où les mannequins sont pieds nus ; et c’est le cas de Dsquared2, où l’approche bucolique de la vie est transmise tant par les vêtements que par les cheveux lâchés, balayés par le vent.

Ce qui a pu pousser les maisons de couture à suivre cette tendance esthétique transcende le concept d’inspiration artistique : pourquoi ne pas lire le cottagecore comme un réel besoin de promenades en plein air ? Du petit-déjeuner sur la pelouse et du retour à la vie rurale ? Notez que cette tendance, qui reviendra pour la mode printemps-été 2022, est devenue si virale qu’elle est même tendance sur les médias sociaux : cherchez-la sur Instagram et vous verrez que le hashtag #cottagecore a déjà enregistré plus de 2,6 millions de messages. Et il existe même une page explicative (en anglais seulement, pour le moment) sur Wikipedia, où la tendance cottagecore est expliquée comme suit : « Esthétique popularisée par les adolescents et les jeunes adultes célébrant une vie rurale idéale« . Idéal, oui. Mais le désir reste réel (du moins en nous).